Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 22:16

Construire une maison basse consommation sans économiser son eau serait tout de même dommage. Autant aller au bout de la démarche écologique et éco-responsable. C'est pourquoi nous avons décidé de récupérer l'eau de pluie dans une citerne.

L'installation d'une cuve de récupération d'eaux de pluie est une alternative intéressante aux puits. La qualité de l'eau de pluie issue d'une citerne est généralement plus sûre que celle provenant de la nappe phréatique sous votre logement. De plus l'installation d'une telle cuve est une opération « civique » dans la mesure où elle fera office de rétention d'eau pendant les gros orages et PARTICIPERA à la limitation des inondations...

Le principe est simple. On utilise la capacité de la maison à récupérer de l’eau de pluie. Suivant les régions et les types de maison, les systèmes de récupération d’eau vont fortement varier. Ainsi comme en Belgique où les citernes d'eau de pluie sont devenues obligatoires si l'on souhaite obtenir son permis de construire pour une construction neuve, de plus en plus de personnes intègrent des systèmes de récupération lors de la construction de leur maison en installant des cuves totalement enterrées. Ces cuves, totalement invisibles à l’œil nu, fournissent les mêmes atouts que les cuves extérieures, elles ont donc l’avantage de ne pas dénaturer votre jardin/terrain. Ceci dit, pour les petits budgets, une cuve eau de pluie d’extérieure moins onéreuse et plus simple d’installation peut également être cachée dans un petit coin du jardin.

Dire qu'en Gironde nous n'avons pas assez d'eau est naturellement faux (voir pluviométrie sur le site de Meteo France).

Et oui, il pleut plus en Gironde avec une moyenne de 980 l/m2/an que dans le Pas De Calais 660 l/m2/an.

Les systèmes de récupération eau de pluie peuvent être installés uniquement pour arroser le jardin, nettoyer la voiture mais ils peuvent également être reliés aux canalisations de la maison pour un certain type de consommation ( chasse d'eau, lave linge). L’utilisation de cette eau dite « récupérée » n'empêche pas de se brancher au réseau public traditionnel. Un simple système de vanne manuelle avec clapet anti-retour (obligatoire) ou même automatique permet de switcher entre les deux types de source d’eau.

Capacité de la cuve

Voici la consommation moyenne d'une famille de 5 personnes.

Wc économe : 44 m3/an

Wc standard : 75 m3/an

Machine à laver classe A : 14 m3/an

Machine à laver classe c : 22 m3/an

Jardin (mixte pelouse- potager) : 60l/m2/an

Pour le calcul...

WC économe : 24 Litres x Nbre personne x 365

Machine à laver moyenne : 10 Nbre personne x 365

Pour notre projet

(24x5x365)+(60x1000)+(10x5x365)=122050 litres env 122 m3/an

Multiplier ce chiffre par 0,08 (pour avoir une autonomie l'été d'environs 29 jours, 365X 0,08=29,2 J) et l'on obtient 9,76 m3

Nous avons cherché une ou deux cuves, en béton, en PEHD etc... pour atteindre la capacité d'environ 10 000 litres, à un coût raisonnable. Peine perdu, malgré tout ce que l'on peut entendre ou lire, l'achat d'une cuve de récupération d'eau de pluie dans le commerce n'est pas rentable à cour terme ( encore marginal, comme c'est une tendance écolo, à la mode et peu répandu, les fournisseurs en profite...). Pour une installation simple, un coût modéré et un retour sur investissement rapide, nous allons la construire en béton et blocs à bancher, beaucoup moins chère qu'une citerne chez un revendeur spécialisé.

Elle fera environs 10m3 pour avoir une marge de sécurité, en sachant qu'il est souhaitable, au moins une fois par an que l'eau de surface de la cuve (une pellicule gras se forme en surface), s'évacue via le trop-plein. Afin de connaître la possibilité d'un trop plein, il faut calculer la capacité de récupération du toit.

Pour notre projet :

280 m2 x 0,75 (coeff d'écoulement) x 0,9 ( coeff de filtre) * 980 mm (moyenne de précipitation en gironde) x 0,08 ( autonomie de 29 jours) = 14 m3 donc supérieur au volume de stockage.

Donc, nous commençons par le raccordement des puisards, par des tuyaux de diamètre 100, en respectant une pente, ici nous avons mis 1 cm par mètre.

Début des travaux

Début des travaux

Un peu de mécanique pour nous aider

Un peu de mécanique pour nous aider

La citerne de récupération d’eau de pluie
tant qu'à faire, ne rien oublier ...

tant qu'à faire, ne rien oublier ...

La citerne de récupération d’eau de pluie

Nous creusons la fosse sur une profondeur de 1,40m. Nous ne pouvons pas descendre plus bas car il y a une couche très, très consistant, cailloux amalgamés ensemble genre lave.. Je recalcule alors les dimensions de ma cuve, elle fera intérieure 4,10m x2,1m x1,20m de haut.

Le trou

Le trou

Vive la mécanisation...

Vive la mécanisation...

Juste pour la photo

Juste pour la photo

Mais ça ne dure pas... pas d'endurance ces jeunes.!!!

Mais ça ne dure pas... pas d'endurance ces jeunes.!!!

Madame... pas mieux! Il faut dire qu'il faisait chaud ce jour là...

Madame... pas mieux! Il faut dire qu'il faisait chaud ce jour là...

Nous en profitons d'avoir un engin, pour étaler ce tas de terre et aménager un peu l'extérieur.

Nous en profitons d'avoir un engin, pour étaler ce tas de terre et aménager un peu l'extérieur.

Nous creusons pour installer un regard pour pouvoir vider la cuve de récupération...

Nous creusons pour installer un regard pour pouvoir vider la cuve de récupération...

La citerne de récupération d’eau de pluie

Après avoir posé le treillis soudé et les fers d'attente pour les murs en blocs à bancher, nous avons coulé le radié de 15 cm en béton dosé à 400 Kg /m3 de ciment avec additif ( SIKA) pour l'étanchéité.

Une fois fini, vidé des eaux de pluie.... et nettoyage de la boue.

Pose des blocs à bancher avec 2 fer de 10 à chaque rang + 2 fer de 10 dans chaque alvéole, ceci afin de consolider l'ensemble.

Pose des blocs à bancher avec 2 fer de 10 à chaque rang + 2 fer de 10 dans chaque alvéole, ceci afin de consolider l'ensemble.

Ça prend forme...

Ça prend forme...

La citerne de récupération d’eau de pluie
Enduit  de ciment dosé à 400Kg/M3 avec additif  pour l'étanchéité.

Enduit de ciment dosé à 400Kg/M3 avec additif pour l'étanchéité.

Arrivage de la dalle en poutrelles-hourdis.

Arrivage de la dalle en poutrelles-hourdis.

Pose des  poutrelles-hourdis.

Pose des poutrelles-hourdis.

Vous pouvez voir les fers en attente de reprise pour la dalle...

Vous pouvez voir les fers en attente de reprise pour la dalle...

Coulage du béton

Coulage du béton

Construire une cuve est bien, encore faut-il la raccorder ...pour cela, nous utilisons un groupe sur-presseur

Principe du groupe sur-presseur

Pour acheminer l'eau d'une cuve à eau de pluie ou d'un puits vers les points de consommation, il est nécessaire d'avoir un groupe surpresseur ( afin de réguler la mise en route de la pompe, et ainsi l'économiser) dont les éléments principaux sont la pompe, le contact manométrique et le vase d'expansion.

Composition du groupe sur-presseur

  • Le vase d'expansion est un réservoir contenant une vessie d'air sous pression qui permet d'assurer un "tampon de pression" servant à diminuer le nombre d'arrêts/redémarrages de la pompe. Un vase d'une contenance de 50 litres est un bon compromis.

  • Le contact manométrique sert à arrêter la pompe quand la pression de service est atteinte (et la remettre en marche quand la pression est devenue trop basse).

  • Le filtre à cartouche sert à stopper les impuretés résiduelles présentes dans la cuve ou le puits

La citerne de récupération d’eau de pluie

Pour régler la pression de service, il suffit de tarer la tension du ressort du contact manométrique. Faites plusieurs essais en faisant couler de l'eau utilisant le circuit de cette pompe.

Pour éviter un trop fort travail de la pompe, choisir une pression de service assez basse (typiquement 2,5 bars). Cette pression doit cependant être revue à la hausse si des points de consommation sont situés à une hauteur de plus de 10 m au dessus du niveau de la pompe.

La pression de la vessie d'air du vase d'expansion doit être légèrement plus basse (0,3 bars) que la pression de service (réglée sur le contact manométrique).

Pour régler cette pression, localisez la valve de type "schrader" (identique à celles des roues de voitures ou des VTT) du vase d'expansion. Utilisez un manomètre pour vérifier cette pression et le cas échéant dégonfler ou gonfler la vessie.

Partager cet article

Repost 0
Published by stef & bene - dans Assainissement
commenter cet article

commentaires

Nairolf 29/08/2017 11:33

Quel budget pour votre cuve ?

stef & bene 30/08/2017 14:39

Environ 1200 Euro...que pour la cuve, sans compter le surpresseur , le tuyau d'aspiration...

Plombier Paris 01/09/2016 10:04

Un beau travail. Merci de partager avec nous cette expérience.

robinet pour cuve 25/08/2016 14:41

Excellent travail! Merci pour tous ces détails,

Luc, cherche THE robinet pour cuve 18/08/2016 16:33

Article complet et illustré, que demander de plus ?! Merci et bravo !

Eric Blaise 12/09/2015 00:42

Je vous salue pour votre ingéniosité, mais, ne serait-il pas plus facile d'en faire un puits chez vous? je veux dire un puits est actuellement en train d'accéder l'eau du niveau hydrostatique, qui est en fait l'eau venant des fleuves, l'océan, et même la pluie, tout filtré.Merci en tout cas d'avoir partagé ceci qui est très interéssante comme même.

Présentation

  • : Le blog de autoconstruction33.over-blog.com
  • Le blog de autoconstruction33.over-blog.com
  • : auto-construction d'une maison à ossature bois, en basse consommation, en Gironde avec puits canadien et VMC double-flux.
  • Contact

Recherche